vendredi 8 août 2014

la pluie et le vent

J’aurais peut-être pu écrire malgré la pluie, mais c’est avec  la pluie que nous avons passé la journée. Hier soir, elle nous avait déjà cueillis sur le place du village et nous l’avions entendu tomber sur le toit toute la nuit. Le matin, les enfants voulaient retrouver le trou de l’enfer et Georges me demandait « mais maman, c’est pas trop l’enfer quand même ?’ » avant de nous annoncer que c’était « un endroit parfait pour se suicider mais qu’on n’était pas obligé ». Juste avant de partir, ils... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 7 août 2014

Qui voit Groix.

 Ce n’est pas un problème de se lever tôt, surtout quand c’est pour partir prendre le bateau. Nous avons embarqué, nos valises à la main pour apercevoir le petit port une  heure plus tard. Blanche me murmurait « autour de nous il n’y a que des gens qui ne connaissent pas l’île et ne viennent passer qu’une journée ici. » Dans le ton de sa phrase, il y avait la certitude du privilège qu’elle semblait savourer avec délectation. Dès la descente du bateau, chacun de nous retrouvait ses repères, « maman,... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 6 août 2014

le bateau-bus et le vieux thonier.

Voilà, nous étions arrivés, nous nous étions retrouvés pour entamer ces vacances à sept. Toute notre famille. Sept comme ça, quand on l’écrit, ça fait beaucoup mais dans la vraie vie, c’est plutôt heureux. Quelques jours tous ensemble sur une île dont on fait le tour en une journée. Quelques nuits dans une grande maison qu’on aime beaucoup « maman, est ce que tu crois qu’ils seront toujours aussi bien les petits déjeuners ? » Mais avant le bateau, avant la traversée, il y avait cette journée ici avec le chemin... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 août 2014

là-bas, les vaches ne sont pas blanches.

Alors nous avons pris la route. Ou le train. Joséphine et Georges sont partis de leur côté par le TGV et nous par les petits chemins. Nous nous retrouverions là-bas, une dizaine d’heure après. J’ai pris le volant et vu défiler les kilomètres. Derrière nous, il y avait trois grands enfants contents d’avoir chacun leur siège. Nous avons joué à « devine à quel personnage je pense » et il se peut que d’ici quelques années, je cherche sans jamais trouver pourquoi , dans mes souvenirs, la ville de Montluçon et Jeanne D’arc... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 4 août 2014

sur le bout de la langue

Tout à l’heure, j’ai quitté mon bureau sans arriver à réaliser que je ne reviendrai plus ici avant presque un mois. J’ai laissé chanter les papillons qui voletaient dans mon estomac, j’ai essayé de dresser la liste de tout ce qu’il me restait à faire avant ce soir mais tout me semblait si facile désormais. Demain soir, nous serons à la mer. Demain soir, nous serons à la mer. Demai soir, nous serons à la mer. IL y a quelques petites heures, j’ai laissé derrière moi mon bureau dérangé et j’ai pris le chemin de la maison sans me... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 3 août 2014

des chemins à la mer

Je retourne travailler demain, mais aujourd’hui, il y avait un parfum de vacances contre lesquelles  la ligue de toutes les angoisses du monde ne pouvait plus rien. Comme un fumet léger qui nous offrais à regarder notre vie autrement, notre maison de l’autre côté de la vallée, comme des vacanciers et les routes qui l’entourent comme les plus délicieux des chemins buissonniers. Il était déjà tard quand nous sommes partis nous promener. L’orage avait encore grondé une partie de la journée et le retour de ce soleil d’été... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 2 août 2014

privés de dessert

Et puis la vie a repris. Les enfants sont revenus plus tôt que prévu, tellement dorés, tellement grandis. Ils nous ont raconté leur semaine, les glaces, le camping, la rivière et la piscine, ils nous ont demandé « et vous c’était bien sans nous ? » On leur a parlé du cinéma, de la vie ici, et des vacances qui vont bientôt recommencer, de la mer qui nous attend et des haricots verts à éplucher. Une semaine, et j’avais oublié leur parfum, leurs petits corps  fermes et avides de baisers. Une semaine et ils avaient... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 1 août 2014

de ces quelques jours

De ces quelques jours, j’aurais retrouvé le goût de notre vie à deux. La certitude que c’était bien lui qu’il fallait que je trouve en haut de ces escaliers, l’impression qu’au bout de ces années, nous nous sommes faits tous les deux, imbriqués. Il a pris des photos quand je dormais, je ne les ai découvertes qu’après. Sur ces images douces et grises, il y a mon cœur qui a vécu, mon corps marqué, regardé avec son œil lucide et bienveillant . En les trouvant le soir, j’ai pensé à son envie de retenir ce corps là, ce... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 31 juillet 2014

la vie sans eux

Je suis partie travailler, et puis je me suis arrêtée pour manger, et puis j’ai recommencé à travailler, un jour normal au milieu de l’été. Et puis le soir est arrivé, cette séance de cinéma entre grands, ce dîner sur le pouce offert par notre grande fille, la vie sans enfants. J’avais oublié la liberté des fins de journée, les soirées sans horaires obligés. Hier nous sommes allées courir tous les deux, ce matin je suis partie beaucoup plus tôt. Aujourd’hui, je me suis plusieurs fois surprise à rêver à cette vie sans enfants, sans... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 juillet 2014

de la famille

J’ai d’abord vu leur petit camion blanc quand je suis arrivée. Celui-là même qui m’avait fait rêver pendant leur voyage allemand il y a quelques années. Et puis je les ai rattrapés dans l’escalier, et puis j’ai rattrapé la soirée qui avait à peine commencé. Alors on a parlé de nous, des interstices de vie sans enfants, on a parlé des enfants, de ce petit André que je ne peux pas m’empêcher d’imaginer chevauchant une oie à chaque fois que je le vois, on a parlé de cette maison-ci, de leur maison là-bas, de celle qu’elle abrite en... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]