samedi 19 juillet 2014

le long chemin de la forêt

Les enfants ont laissé leur vélo à la lisière de la forêt. On pourrait les reprendre plus tard, ici rien ne disparaît. Nous nous sommes enfoncés dans le bois, sur ce chemin rose que tout le village connaît. Nous l’avons parcouru tant de fois à cheval et à pieds qu’il pourrait nous donner l’illusion que nous connaissons parfaitement chaque mètre parcouru. Mais il change tous les ans au rythme des parcelles coupées et entretenues et les saisons savent nous tromper. Aimé a repéré un énorme buisson de houx pour Noël prochain,... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 18 juillet 2014

le plaisir aux carrés

Il y avait eu longtemps la pluie, il y avait eu les amies, il y avait eu si longtemps que je ne m’étais pas retrouvée un moment seule au potager. J’ai commencé pat désherber au milieu des tomates, j’avais décidé que rien ne m’arrêterait avant que je ne sois arrivée au bout de carré. Le matin même, mon voisin hollandais m’avait dit « Marion, si tu es fatiguée il faut jardiner. » je mettais ces conseils à exécution, convaincue depuis longtemps qu’il avait raison.  Me concentrer sur tout ce qui restait à arracher et... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 juillet 2014

une grande fille et des petits bateaux

Aujourd’hui Joséphine est rentrée. Elle était à la maison quand les enfants sont arrivés. Elle était là avec ses valises de souvenirs, des petits bateaux et des carnets, et des tonnes d’histoires à raconter. Il y avait une amie tout à côté, arrivée elle aussi dans l’après-midi, mais Blanche, Aimé, Marcel et Georges n’en avaient que pour leur très grande sœur qui s’apprête à passer plusieurs semaines avec nous ici. Elle a vite repris sa place et ouvert ses grands sacs de voyage, écouté tout ce qu’ils avaient eux aussi à lui... [Lire la suite]
Posté par marionl à 06:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 juillet 2014

des citrons et des tomates

Je ne me ferais jamais à cette bouffée d’immédiate nostalgie à chaque fois que les invités s’en vont. Peut-être qu’il me faudrait un petit carnet ou je pourrais marquer les dates ou ils reviendront, même si les plans doivent changer après. Je ne me ferais jamais à ce manque qui met beaucoup de temps à e dissiper mais j’ai aussi appris à me remplir que les gens ont souvent laissé derrière eux, comme les petits objets qu’ils oublient. C’est comme si, même eux partis, ont trinqué encore une fois à la vie et à ce qu’elle nous a... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 15 juillet 2014

tout de suite ou jamais

Deux jeunes femmes s’étaient installées dans notre maison. Elles parlaient de leur vie en construction, de ce qu’elles avaient déjà bâti, des enfants déjà nés et de ceux qui naîtraient, de ce qu’elles demandraient  aux années qui s’annoncent. Je parlais avec elle et réalisais à quel point , depuis quelques mois, je m’étais laissée dévorer par la certitude du ‘tout de suite ou jamais» comme si ma propre vie n’avait plus grand chose à m’offrir, ou plutôt comme si je n’allais plus vivre qu’une série de dernières fois,... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 14 juillet 2014

les filles du 14 juillet

Il y  aune éternité que je n’ai pas assisté à un feu d’artifice du 14 juillet, que je n’ai pas senti mon cœur battre à l’unisson des pétards lancés. je crois que cette année, les flonflons m’auront manqué. C’est comme ça, il y avait du foot à la télé, il pleuvait et nous étions fatigués. Mais il y a quand même eu les drapeaux tricolores accrochés en fin de matinée et ce verre de l’amitié pris juste à côté de l’église. Une histoire de village et le rêve d’un bal et d’un défilé de lampions pour l’an qui vient. Et puis il... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 13 juillet 2014

des tours de crèmes

On a cru au soleil, tellement cru qu’on l’a vu. Quelques temps, une heure ou deux au milieu de la journée. Demain, il sera là, on nous l’a promis. En attendant, j’ai décidé de changer la couleur du canapé même s’il me faudra attendre demain ou après-demain pour mettre mes projets en application. Faire du presque neuf avec du vieux, c’est une des choses que j’aime le mieux. Pendant que je rêvais au noir profond, la vie reprenait autour des fourneaux. Notre four nous a lâchés , ce qui ne veut pas dire que nous allons nous arrêter... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 12 juillet 2014

le murmure des jeux au premier

Puisqu’il a encore plu toute une partie de la journée, puisqu’il a fait presque froid et qu’il était si difficile de s’imaginer en juillet, il ne restait plus qu’à réapprendre à vivre dedans. Lire, écouter de la musique, retrouver nos vieux canapés et laisser passer le temps. J’ai retrouvé la marche autour de la maison, la forêt sentait presque l’automne et c’est à la rentrée que je n’ai pas pu m’empêcher de penser, comme si l’été allait nous oublier. Mais on nous a promis qu’il allait arriver. Bientôt nous aurons de nouveau trop... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 11 juillet 2014

dans l'armoire de la salle de jeux

C’est comme un jeu de chaises musicales et c’est presque chaque année. Cette fois, c’est le bureau de la salle de jeux parti dans la chambre de Blanche qui nous obligeait à changer les plans. Et puis il y avait eu cette « journée cabane » pendant laquelle les enfants avaient vidé intégralement  vidé le contenu des armoires et des étagères du premier pour les répartir dans leur maison de fortune.  Impossible de reculer, il fallait ranger. J’ai emmené quatre enfants très mécontents pour ouvrir avec eux cette... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 10 juillet 2014

j'avais retrouvé mes sabots dorés

Il n’était pas question d’annuler nos vacances, impossible même d’y penser, de se laisser effleurer par l’idée. De toute façon, on irait et puis on avait compté et recompté, au bout du compte on s’était dit que ça passerait. Le gros fauteuil du bas attendrait d’être changé, on l’avait rafistolé et il tiendrait bien encore une ou deux petites années. Les volets eux aussi sauraient bien attendre qu’on puisse les  repeindre, on n’est jamais à une année près quand on est un volet. En attendant, je pourrais assouvir mon goût pour... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]