DSCF4301DSCF4307

 

Les enfants s’en faisaient une fête, je ne savais plus quoi en penser, un peu perdue et pourtant, bien obligée d’avancer. Pour la première fois je crois, ou dis-je cela chaque année, je ne sais plus très bien,  je redoutais cet anniversaire. Moi, j’aurais bien pris encore un peu de temps, traîné encore du côté des quarante, je me serais volontiers faite oublier par cette horloge qui ne veut décidément plus jamais s’alanguir. Trop pressée. J’aurais bien oublié le métronome et cet implacable chemin. Un pas, droit devant  l ‘autre,  jusqu’au bout. Et si c’était justement le moment de revoir la cadence de ce pas sûr de lui, les chemins que j’ai envie d’emprunter ? Tout revoir, tout repenser, ne plus rien savoir, ou faire semblant d’être de nouveau au commencement. C’est exactement ce dont j’avais envie pour cette date particulière. Je ne veux pas recommencer puisque de la vie que j’ai eu jusque là, je ne veux rien retirer, mais laisser le doutes et les questions me grignoter, perdre l’équilibre et le goût du rectiligne, tanguer, et même tomber, peut-être tomber sans me demander si je saurais me relever. Et encore, et de toute façon, et quoi qu’il en soit, choisir la vie, ses crasses et ses palpitations, plonger, nager, oh oui nager et fendre l’eau pour faire le tri. Avancer, mais peut-être plus comme avant. Je suis assez grande pour me perdre maintenant, je sais assez de choses sur moi pour avoir envie de ne plus rien savoir de temps en temps. Hésiter, chercher le vent, chercher l’envie, et faire face à la vie, aller la chercher, la serrer, s’y accrocher, il ne reste plus tant de temps que cela, une petite éternité. Une éternité quand même, une éternité comptée. Si tu veux faire quelque chose de ta vie, il va falloir y penser. Me retourner, me regarder en face, pour voir tout ce que j’ai fait jusqu'a aujourd'hui. C’est déjà pas mal tu sais. Mais ce n’est pas assez. On n’est quand même pas déjà arrivé. Non, le bout du chemin est encore loin. Et c’est ça qui me plaît. Il y a tant encore à inventer. Il reste tout à inventer, cette part ci de la vie, je n’y avais jamais pensé. 

DSCF4304

DSCF4312