DSCF4038DSCF4076

 

J’avais tant redouté cette heure d’hiver, comme si elle allait nous plonger pendant plusieurs mois dans la froideur de la nuit. Et puis elle est arrivée sans qu’on l’est cette fois vraiment envisagée,  et j’ai retrouvé une poignées de plaisirs complètement oubliés depuis l’hiver dernier. D’abord ces ciels incandescents, ces lumières de fin du jour qui ne se répètent jamais à l’identique,  du rose au rouge, puis dans un bain de gris, la brume qui reprend possession des champs quand cette fin du jour s’annonce et le froid qui remonte de la terre, l’humidité, les moments qu’il ne fut pas laisser s’échapper. Et puis la nuit, très tôt, celle à laquelle je n’avais pas envie de penser depuis qu’octobre était entamé. Mais la nuit, il y a tous ces ciels étoilés à l’heure où les enfants peuvent encore y perdre leur regard, il y a l’intérieur des maisons allumés et toutes ces vies qu’on peut imaginer, les histoires qu’on  peut écrire en regardant dans ces petites lucarnes qui nous laissent si peu voir. Et la vie qui reprend à l’intérieur. Toutes ces petites lumières dont on a besoin un peu partout, l’heure du thé qu’il ne faut plus manquer parce qu’après, le soir prend le dessus, la nuit noire qui enrobe tout, les peurs et les envies, du jardin au grand champ, et au delà. Et puis tout d’un coup, il y a tous les parfums qui changent, ce sont ceux du dedans qui reprennent le dessus puisque la porte du jardin est maintenant fermée, le rideau tiré. Il y a cette odeur du bois qui crépite, celles du dîner, le parfum du bain qu’on fait couler pour se réchauffer et celui des tisanes qu’on boit pour se faire du bien. Les parfums de la vie qui se replie un petit moment, juste le temps de laisser passer une partie de l’hiver pour redéployer ses ailes après, la vie qui se glisse sous un plaid en laine rêche qui sent le mouton et les siestes l’après-midi. Est-ce qu’au réveil il fera encore jour ou il fera déjà nuit ? c’est une nouvelle vie qui commence ici à chaque nouvelle heure d’hiver, une vie plus douce que je ne l’avais craint, même la nuit.

DSCF4035