DSCF4129DSCF4286

Dans cette maison, il y a une très grande fille dont l’entorse s‘est peut-être transformée en fracture, il y  a un petit garçon qui semble cracher ses poumons, il y a un autre petit garçon qui me dit « je fais une crise d’asthme tu sais. » , une petite fille qui me dit « je t’attends toute la journée » un tout petit garçon qui court partout, qui se fait disputer et me demande « et si tu me fais un petit garçon ». Dans cette maison, je crois qu’il y a aussi un père de famille qui en a marre de jouer les pères de familles. Je ne suis pas encore en vacances, j’ai encore des réunions et je passe de temps en temps dans cette maison. On me dit « ah, tu pars déjà, » ou « tu ne fais pas attention à moi. » je fais à déjeuner, je dresse la table mais je n’ai pas le temps de rester pour manger. Je pars à mes réunions et j’écoute de la musique très fort sur le chemin, parce qu’il me faut une transition. Changer de peau, pas tout à fait. . Dans cette maison, il y a une pile désormais infranchissable de linge à repasser, un corbeille à linge sale qui cédera bientôt sous le poids de son contenu et des enfants qui me diront bientôt « maman, comment tu veux que je m’habille, y’a plus rien dans mon armoire ! ». Dans cette maison, il y a  un réfrigérateur qui crie famine et des enfants qui ne rit plus quand je leur dit « j’adore ces spaghettis ! ».  Dans cette maison, il y a un cahier de comptes qui n’arrêtent pas de me souffler qu’il serait temps que j’aille me pencher sur lui, des araignées en plaine conspiration, prête à prendre le pouvoir sans sommation, et woodkid glissé dans le lecteur de cd quand je ne sais plus à quelle complainte accorder le priorité. Quand j’arrive dans cette maison, il y a des sourires et des moues qui me sont adressées. Dans cette maison, il y a quelque part un curriculum vitae qu’il va falloir retrouver, il y  un endroit qui m’attend pour que m’assieds un moment et que je réfléchisse à ce que je ferais après.  Il y a quelque part, qui flotte dans les airs au rez-de-chaussée en se mélangeant au parfum du dîner, mon envie de solitude, pour quelques jours, aller demander à la mer comment je vais pouvoir faire. Pas partir, pour toujours mais faire un pas de côté, souffler. Dans cette maison il y a un tourbillon et la vie, toujours plus forte que tout et la petite voix qui me dit que ça va aller.

DSCF4291