DSCF2091DSCF2201

DSCF2095DSCF2183

DSCF2099DSCF2222

Il y a leur vie qui se construit, la mienne qui grapille tout ce qui passe à sa portée, leurs mots qui me font du bien. Il y a des cabanes dans les bois et des planches recouvertes de mousse au dessus de l’eau sombre, il y a  des rêves de loups, il y a  leurs premières révoltes les injustices qui leur donnent envie de crier, une petite fille qui le samedi lève le poing et rêve de monter un kolkhoze et qui se voit en princesse le dimanche « dans un grand château pour tous vous inviter à prendre le thé. » il y a le monde qu’ils s’imaginent avec des gens gentils et des gens qui le sont moins, il y a leurs questions sur l’engagement, sur la vie qui n’est pas juste, sur la lutte, sur les lois « alors comment on  fait si on veut que ça change ? ». Il y a leurs batailles dans le jardin, pistolet en mains et leurs questions sur la Syrie « mais alors quand ça pourra s’arrêter ? ».  Il ya leurs yeux qui brillent et moi, en pleine journée, je me mets à pleurer en écoutant Joan Baez. Il y avait mes rêves de petites filles qui se voyait princesse et voulait accueillir dans son château tous les réfugiés d’Argentine et du Chili. Il ya leurs question sur l’univers « mais alors, comment on peut être sûr qu’il n’y a  rien au-delà, rien ça n’existe pas ? » Il y a un petit garçon qui me demande ce veut dire le mot « mandat » et cette idée de justice qui revient en boucle. Il y a leur vie ensemble, comme une petite société. Il y a leurs questions quand ils écoutent la radio. Il y a leur crainte « mais est ce que tout le monde peut devenir un sans-abri ?  » , les pauvres et les riches, les joueurs de foot et les présidents de la république . Il y a leur fierté « c’est si bien d’être français, on se sent bien ici, il n’y a pas d’esclaves au moins  et personne n’a le droit de vendre des enfants» leur respect pour ce drapeau qui me surprend, l’envie d’appartenir à une communauté. « Et si on vivait sans argent, tu crois que ça marcherait? » Il y a quelques jours, j’écoutais mes enfants construire leur rêve de société, une groupe d’humains qui s’échangeraient juste ce dont ils ont besoin, un monde où l’indispensable serait gratuit , un monde « où on pourrait quand même gagner de l’argent mais pas trois-cent fois plus que maman. » J’écoutais Blanche discuter avec son père de la valeur des choses, de la droite, de la gauche puis je m’obstinais à l’objectivité. « Tu sais, chez les libéraux, il y a aussi des gens biens. » Mais non, je ne suis pas objective et des frissons me parcourent la peau quand j’entends mes enfants appeler à la révolte parce qu’ils trouvent Que « ce n’est pourtant pas si compliqué ». Non, je ne suis pas objective, et je m’autorise quelques soupirs jubilatoires quand j’entends leur révolte gronder.

DSCF2097

DSCF2189

DSCF2216

DSCF2231