DSCF4463DSCF4499

DSCF4505DSCF4517

Le plus long des dimanches, avec une nuit qui n’arriverait jamais. Ça valait bien un dîner sur le muret. Un dîner de presque rien mais un dîner quand même baigné pr cette lumière de presque nuit d’été, un dîner presque frais juste à côté du potager. Le dimanche était presque terminé, les chambres terminées la dernière représentation de théâtre donnée dans la cour de l’ancienne école, et l’apéro comme pour terminer cette journée qui ressemblait trop aux vacances pour se finir sur programme établi. « douche, dîner au lit ». la lumière du soir appaleait mieux que ce coucher ordinaire, même à la veille d’un lundi, et même si, pour la première fois de l’année, nous avons attendu ce dimanche soir pour nous rappeler que les devoirs n’étaient pas fait. Pas tout à fait terminés. Alors quand les invités furent partis, la petite table remise aux potagers, Aimé et Marcel sont allés chercher leur cartable et se sont remis à lire, puis à compter. C’était un dimanche soir et ce n’était pas grave, il n’y aurait ni doce, ni bain, et ce n’était pas grave non plus. C’était le plus long dimanche de l’année, la lumière était parfaite, caressante et parfumée, et nous avions mieux à faire. Une soupe froide, un peu de chèvre sou le tilleul et déjà ce vent frais qui nous annonçait que les jours à venir seraient plus frais. Se coucher ? quelle étrange idée alor que tout autour de nous nous invitait à contempler. « Vous avez vu cette lumière ? » Il a bien fallu s’y résoudre pourtant, accepter que demain la vie allait reprendre son cours. Mais juste avant, on a tous profité encore de ce muret, du tilleul et du jardin, parlé de l’été, de l’année qui viendrait après. parler de tout ce qui viendrait après sans aucune peur, c’est  encore si loin. « Et maman, c’est comment déjà quand c’est le jour qui est le plus court de l’année ? » je n’avais pas envie d’y penser. C’est très différent, c’est une autre vie, d’autres moments. Lesgrillons ne chantent plus et les rosiers ont perrdu leurs feuilles. L’érable aussi et même le tilleul. Moi aussi, j’ai eu beaucoup de mal à me rappeler ce qui pourtant nous reviendrait, comme chaque année.

DSCF4481

DSCF4510

DSCF4515

DSCF4521

DSCF4526

DSCF4546

DSCF4549