DSCF4140DSCF4146

DSCF4170DSCF4178

DSCF4360DSCF4364

Cette fois, nous ne sommes pas parties toutes seules au Piano. Joséphine, Aimé et Georges nous accompagnaient pour ce dernier cours de l’année. Il y avait une promenade au marché à la clé et les petits garçons se montraient exceptionnellement calmes, « Joséphine nous a promis un pot. » Ce pot, nous les prenions tous ensemble et je leur offrais une glace pour fêter l’été. Il y avait déjà des musiciens partout, du monde sur les terrasses de café et du monde dans les allées. Jambon basque, comté et cageot d’abricots, comment résister à ce bouquet de pivoine juste à côté du vendeur de pain qui n’avait plus rien ? Notre grand panier était plein, pas forcément de ce que nous étions cherché mais il était lourd et son contenu nous donnait envie de rentrer pour manger. Finalement, nous trainions encore un peu à notre arrivée, pendant qu’Aimé et Marcel qui s’étaient retrouvé emmenaient Georges de l’autre côté du grand pré, Blanche et Joséphine nous écoutaient commenter un article de journal que j’avais eu envie de partager. Le déjeuner pouvait attendre, Aimé était remonté du pré, comme Marcel qui s’occupait désormais tout seul dans un coin du jardin. Quant à Georges personne ne l’avait vue depuis un moment. Branlebas de combat, recherches intensives de chaque recoin de la maison aux grands arbres du pré. « je suis là » finissait pas nous crier une petite voix qui semblait elle même ne pas trop savoir où elle était. Il n’avait pas voulu franchir les barbelés avec ses frères, puis finalement s’était retrouvé dans le pré des vaches et du taureau « j’ai alors pensé que j’allais devoir rester là toute ma vie. » pour repasser sous d’autres barbelés qui l’avaient griffé  et se retrouver dans le jardin des voisins et y cueillir des fleurs pour sa maman. Le cœur battant, il nous racontait son aventure avec précision avant d’être intronisé aventurier du mois, jusqu’au prochain exploit. Il avait mérité, c’est sûr, la retraite aux flambeaux de ce soir, le feu du bonhomme saint-Jean et même peut-être un petit tour au bal qui suivrait. Et nous, enfin, notre déjeuner.

DSCF4125

DSCF4131

DSCF4379

DSCF4381

DSCF4410

DSCF4432