samedi 31 mai 2014

Et sous les ronces il y avait un lavoir

  C’était une idée qui nous était venue la jour où nous avions désherbé le cimetière. Ce vieux lavoir envahi par le lierre, presque disparu sous le vert. Nous nous étions donnés rendez-vous pour tous ceux qui le pouvaient, tous ceux qui en avait envie, devant cet énorme amas de feuilles qui recouvrait le lavoir du village. Chacun amenait son pique-nique et nous ne nus étions rien promis puisqu’il était impossible de deviner ce que nous trouverions derrière l’épais rideau de ronces et de lierre. Quand nous sommes arrivés après... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 mai 2014

des vignes buissonnières

Pas de pont pour les enfants, pas de pont pour moi non plus mais une promesse annoncée  hier soir pendant le dîner, celle d’un pique-nique qui remplacerai la cantine pendant la pause de ce midi. Alors j’ai fermé la mairie un peu plus tôt que les autres vendredi et nous sommes tous les deux partis vers l’école, notre grand panier rempli. Au menu inscrit sur le panneau il y a avait marqué « chou fleur et poisson » pour ce vendredi. Le contenu du panier devenait festin et les enfants n’en revenaient pas ... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 29 mai 2014

du vert tendre et du jaune poussin

Marcel était déjà parti pour son tournoi de football et nous lui avions promis de venir de regarder jouer. Il avait crié sa joie à l’idée de ne pas partir marcher avec nous, c’était sa première victoire de la journée. Aimé venait de terminer de remplir son sac à dos d’aventurier. Deux boussoles, deux loupes et un livre pour les animaux, il ne restait plus beaucoup de place pour la bouteille d’eau mais l’essentiel était dans son dos « si c’est trop lourd je pourrais te le passer après ? » Georges tenait à porter... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 28 mai 2014

des légumes d'été

Malgré la danse, le théâtre et tout ce qui nous amènerait en ville, nous avions décidé de passer la journée au jardin potager. Parce que ça ressemblait à l’été et parce qu’il nous restait des choses à planter. Les enfants et leur père commençaient par accrocher au cerisier le petit hôtel à insectes qu’ils avaient fabriqué le week-end dernier. Cöté sud pour qu’il y fasse assez chaud. Et puis Aimé choisissait un second plan de tomates, cerises noires à côté des roses de Bern. Blanche taillait son pied de romarin puis elle ele... [Lire la suite]
Posté par marionl à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 27 mai 2014

le chemin de broussailles

C’était bien pourtant d’être tous les deux en ville, j’avais aimé le trajet, toute à l’idée que nous avions du temps devant nous et rien de précis à faire. Rien de précis à part ce rendez-vous pour moi, ce divan dont j’ai du mal à lâcher l’écoute bienveillante et précieuse, même si je ne vais plus pouvoir longtemps ignorer que la fin de ce bout de chemin n'est pas loin. Je viens toujours seule pour ce rendez-vous en ville mais cette fois ci le mardi devait remplacer le mercredi et c’était une occasion de venir nous promener tous... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 26 mai 2014

nous ne sommes rien

J’avais dix ans, je me sentais perdue au milieu de ces centaines d’hommes qui se tenaient là, le poing levé, mon père était à la tribune, mon petit frère et ma petite sœur  jouaient sous une table et j’étais tétanisée. Puis tout d’un coup mon cœur s’est serré et mon corps entier s’est mis à frissonner. J'ai compris ce qui les avait amenés ici. Ils s’étaient tous mis à chanter, ils y coyaient, et j’y croyais aussi, dur comme fer, aussi fort que toute l’espérance de la terre, moi aussi j’ai eu envie de lever le poing et  de... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 mai 2014

L'Europe, un jardin, un cheval, des bulletins et des cadeaux

C’était donc un dimanche, un dimanche d’élections européennes avec un bureau de vote à ouvrir à huit heures. J’ai vérifié que le compteur de l’urne était sur Zéro et j’ai glissé l’une des clés dans mon sac à mains et l’autre dans un endroit seulement connu de deux des conseillers. J’ai sorti les petits pars de bulletins pour en faire des petits tars sur la table que nous avions installée. Juste à côté, il y avait un thermos à café et le reste de la fête d’hier soir. Des parts de gâteaux que nous avons partagé avec les premiers... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 mai 2014

dans la cour de l'ancienne école

J’avais travaillé depuis tôt ce matin et jusqu’à une heure de l’après-midi puisj’étais vite descendue à la maison me changer et relire le petit bout de discours que j’avais préparé, mes mains étaient un peu moites et mon cœur plus bruyant. J’ai glissé le gâteau dans le grand panier puis nous  sommes montés jusqu’à la cour de l’ancienne école. Les tables étaient déjà dressées sous le préau ; les premiers habitants du villge étaient déjà arrivés. Ce soir, nous les avions tous invités à venir rencontrer le nouveau conseil... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 23 mai 2014

un petit déjeuner pour dîner

C’était un vendredi soir épuisée, d’autant que je devais me préparer à un samedi  et un dimanche matin travaillé, c’était un soir  qu’il me fallait absolument rendre douillet, un tout petit espace  qui devait me redonner des forces entre une semaine chargé et un week-end plein à craquer. Les enfants semblaient être dans un état proche du mien, à la foix très excités à l’idée de se trouver à la veille d’un week-end bourré d’activité et impressionés par tout ce que nous devrions y  caser. Alors, d’un commun accord,... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 22 mai 2014

le goût salé des larmes avant les sanglots

Et un jour tu t’aperçois que tu as changé, que tu as vraiment changé sans que tu aies vu tomber les derniers lambeaux de ce que tu étais. C’est comme ça, c’est la vie. Ton souffle est plus léger, tu penses à ces années fragiles, à celles qui faisaient de toi un animal traqué, tu penses à ces années que tu as passées à carburer au drame, tu te souviens même avec nostalgie des sanglots qui te remuaient, de ton corps qui se réchauffait avec les derniers soubresauts, la position du nourrisson, le refuge que sans cesse tu retrouvais, tu... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]