DSCF9858DSCF9874

DSCF9937DSCF9950

DSCF9959DSCF9966

DSCF9989DSCF0021

DSCF0042DSCF0038_2

C’est peut-être un malheur, c’est peut-être un bonheur. Il est sept heures du matin et nous venons de rater notre train. Ou plutôt, nous regardons partir notre train puisque la dame du guichet vient de nous dire qu’elle n’accepte pas la carte bleue et que nous n’avons pas le temps de prendre nos billets. Alors, en attendant le suivant, une heure et demie plus tard, nous redescendons vers le front de mer pour voir le soleil se lever. Et puis nous remontons vers le café de la gare pour prendre un expresso au milieu des cheminots espagnols. Blanche continue de remplir sa liste de mots « el gato negro » et nous montons enfin dans ce train express régional qui nous emmène vers Barcelone. Vingt-sept gares plus tard, à Bacelona Sants, Marcel tombe en arrêt devant la boutique du Barça. « Tu sais qu’il y a le plus grand joueur de foot du monde qui vit ici ? » . Direction le parc Guell et la géniale folie de Gaudi, les milliers de touristes venus voir la même chose que nous, le soleil revenu et ce nid de perruches en haut d’un palmier. ET puis, le vieux quartier gothique et une jolie rencontre dans un bar à tapas, le marché de la Boqueria, les poissons et les jambons, les piments et les pâtes d’amandes, et notre petit garçon qui casse sa chaussure alors que la journée est à peine commencée. Tant pis, quand il ne sera pas dans nos bras, il marchera pieds nus, les sols sont incroyablement propres ici. Nous cherchons la Cathédrale et rencontrons ses oies, nous cherchons cet endroit qui fait les meilleurs churros de la ville et nous ne le trouvons pas, tant pis, il faudra revenir une autre fois. Je rêverais de rester un long moment sur la place du roi, Nous marchons un peu, la RAmblas est pleine à craquer et nous reprenons le métro vers la Sagrada familia . Dommage que Gaudi se soit fait écrasé par un tramway, qu'aurait il créé comme autre merveilleuse  folie?   Nous ne verrons pas le palais Guell cette fois-ci, nous reviendrons c’est promis. Avant de repartir vers la gare, il aurait quand même été dommage de ne pas s’arrêter pour regarder un moment ce bal du troisième âge au milieu d'une rue. C’est toujours comme ça quand je quitte une ville, il y a cette tristesse qui m’envahit, l’impression de partir au moment même où tout va commencer. Cette fois-ci, pour Barcelone, je crois que c’est vrai et Blanche me dit « c’est dommage qu’on parte maintenant, c’est mon heure préférée. » Nous sommes épuisées mais nous rêvons toutes les deux un moment que quelque chose se passe et nous empêche de repartir. Le train express régional n’a que dix minutes de retard, Marcel est le garçon le plus heureux des petits garçons de toute la Catalogne. Dans un sac en plastique qu’il tient comme un trésor, il y a un ballon jaune inscrit FC Barcelone. Tout son argent de poche y est passé, mais c’est exactement de ça dont il rêvait.

DSCF9880

DSCF9890

DSCF9905

DSCF9915

DSCF9918

DSCF9925

DSCF9986

DSCF0014

 

DSCF0043