DSCF9324

Une matinée au cimetière. Nous avions attaché les binettes aux vélos et nous étions partis pour pédaler jusqu’au vieux bourg et retrouver d’autres habitants du village pour une séance de désherbage. Nous étions une dizaine à arracher les mauvaises herbes en écoutant les récits de vie de ceux dont nous ne connaissions jusqu’à maintenant que le nom. Ce monsieur était enterré là puisque c’est précisément cet endroit qu’il avait choisi comme urinoire à chaque fois qu’il assistait à un enterrement. Il y avait des familles entières, un jeune homme mort de la grippe espagnole et les enfants obtenaient enfin des explications sur l’identité de cette petite fille morte à un an et enterrée dans un coin du cimetière. D’ailleurs, un autre enfant était enterré ici, un bébé mort à dix mois dont le nom était inscrit avec ceux de ses parents. Ici, on arrachait les mauvaises herbes qui avaient réussi à pousser au milieu des graviers et on écoutait des histoires de vie. Ce cimetière, situé à l’entrée du village, au pied d’une église qui n’existe plus, à toujours été un but de promenade pour nous.  Nous en saurons bien plus sur ses occupants à partir d’aujourd’hui. Comme la séance de désherbage se terminait par un apéro chez nous, nous enfourchions nos vélos pour rentrer ventre à terre à la maison. Nous nous donnions tous rendez-vous pour défricher autour du vieux lavoir un samedi de mai, juste après la fête du village, pour ceux qui en auraient envie. Le samedi poursuivait ensuite son chemin et pour une fois, c’est tous ensemble que nous partions pour aller chercher Aimé à sa leçon d’équitation et apprendre qu’il avait fait un tour de manège debout et sans se tenir sur la grande jument. Ensuite, je partais avec Blanche pour discuter avec la dame qui s’occupe de l’église et parler de ce vitrail cassé. « C’est vraiment super d’être maire » me confiait Blanche en rentrant à la maison.  Je découvrais que la journée était bien plus avancée que je ne le pensais. Je pensais à toutes les valises qu’il nous restait à préparer. Pour des valises, je trouverais toujours le temps qu’il faut. Demain, je me lèverai tôt.

DSCF9308

DSCF9317

DSCF9330

DSCF9321