DSCF4504

L’autre jour, quelqu’un m’a demandé pourquoi je m’étais installée ici, et si je m’y sentais bien, et si je regrettais.Il m’arrive quelquefois de m’imaginer parisienne, ou au moins citadine, c’est alors comme un jeu et j’y prends un grand plaisir. Mais pour dire la vérité je ne suis pas sûre d’être encore cette « parisienne qui s’est installée à la campagne ». Pour les gens d’ici, je suis un mystère, pour les citadins je suis une énigme. Je suis de nulle part et ça me va bien. OU plutôt, je suis de cet endroit où il m’a emmenée il y quelques années, je ne sais plus combien, je suis de cette maison, de ce jardin, même s’ils ne m’appartiennent pas, même si je ne leur appartiens pas. Je prends les mêmes routes, les mêmes chemins depuis des mois et je crois que s’il m’avait emmenée dans une autre région, dans un autre pays, j’aurais aimé ces paysages là aussi.  Il y aurait eu des matins frais, le bruit des oiseaux et celui de l’eau, la fatigue de l’hiver et l’écrasante chaleur de l’été. Nous n’aurions peut-être pas été les mêmes, nous n’aurions pas eu autant d’’enfants, j’aurais une autre vie que je raconterais peut-être ici. Je crois que n’importe où, j’aimerais quand même l’odeur du thym et celui de l’herbe coupée, celui de l’asphalte après l’orage, celui des épluchures de clémentines, celui de toutes les menthes. Je me plais à penser que j’aurais pu installer mon désordre partout en me répétant que je ne suis de nulle part et de mille lieux à la fois. Alors que je vis ici depuis des années, je rêve encore que la vie pourrait m’emmener dans des endroits que je ne connais pas et que je m’y plairais. M’adapter toujours, et faire miens tous les endroits, comme si je n’allais jamais mourir, repousser la fin  et souffler sur les braises de cette illusion, de cette force qui me porte depuis toujours. partout, toujours, je serais capable de tout recomencer. Même si je suis heureuse, même si je maintenant je dis « chez nous » ou "chez moi ». Dans ma tête, il y a toujours une valise, un sac vide prêt à être rempli de cette énergie qui me fait avancer, et je me sens capable de les entraîner, tous ceux que j’aime et qu’il n’est pas question de laisser derrière moi.

DSCF4491

DSCF4489