mercredi 31 juillet 2013

il y avait un taupier

Nous étions là tous les deux, lui les pieds et les mains dans la boue qu’il s’appliquait à fabriquer et moi assise sur le hamac, je brodais. Ses frères et sœurs occupés pour la journée, son père en train de poser du parquet au premier, il n’y avait que le bruit des bourdons et nous. Je m’en suis voulu, nous étions tous les deux et cette après-midi n’était pas faite pour lui. J’étais absorbée par ce que je tenais, quatre bout de coton sur lequel j’avais reproduis les dessins des enfants pour qu’ils puissent les offrir à leur nounou.... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 juillet 2013

de la terre et des robes de fée

J’y suis presque, quelques jours encore, quelques heures  à travailler et puis je pourrai poser mon sac derrière le canapé pour l’oublier. Je pourrai m’assoir et regarder par la vitre de la porte d’entrée. Au début,  je me garderai de dresser toutes sortes de listes, tout espèce de souhait. Je serai là, je lancerai juste un rapide regard derrière moi. Juillet m’a cajolée et tout d’un coup, sous l’impatience, alors que les jours se compte en heures, je sens poindre la fébrilité. L’été. Cet été,je veux le prendre à bras le... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 29 juillet 2013

une idée de l'été

J’aime bien cette idée de nous, ce dessin de notre famille qui prend racine dans ma tête et dans ce que j’imagine de nous, après, maintenant, maintenant, cet été et après. Tous ensemble et plus libres les uns des autres. On essaie. C’est bien de grandir aussi. C’est du vent, des idées qui plantent leur graine et qui germent , le parfum de la vie qui fait peur, ma peau qui redevient plus fragile, mon cœur qui s’emballe, et cette étrange envie de pleurer.  pour la premirèer fois je ne sais pas. Je crois que c'est une sorte de... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 28 juillet 2013

chasse à la taupe

Tout d’un coup, nous nous retrouvions à six dans la maison qui nous semblait presque trop grande pour nous. Ces derniers jours il y avait eu les amis, la fête, et j’avais plusieurs fois promis à Georges qu’une fois le calme revenu, nous chercherions sa petite taupe avec tout le sérieux qu’une chasse au doudou peut nécessiter. D’abord dans les chambres des enfants. D’abord celle de Marcel, puis celle d’Aimé, puis Blanche, puis je retournais chercher autour du lit de Georges. Le rez-de–chaussée avait déjà été retourné. Georges était... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 juillet 2013

un dimanche, en fait.

Peut-être qu’il suffirait de dire qu’à la fin du déjeuner, la nuit était tombée, que la journée avait tourbillonné et que nous étions là, avec nos verres de cassis et de menthe poivrée, à parler de novembre et de tout ce qui viendrait. Peut-être que ce moment là suffirait à tout raconter. Mais on passerait à côté du goût de la soupe au pistou et du rosé frais, du sorbet à la pêche et des nos enfants à l’assaut du ruisseau, les petits des villes et les petits des champs qui se retrouvaient dans la même eau, à faire des ponts avec des... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 juillet 2013

sous le chapiteau

  L’été, l’été à grandes lampées, l’été à pleines gorgées, quelques jours avant le beau, le vrai, celui qui commencera la semaine prochaine avec du vent, du sable et du temps. mais là c’est si beau, là, tout de suite,  déjà. C’est bon, c’est plein, comme un midi sous le soleil de juillet, comme une nuit sous la tonnelle, un dîner qui traîne parce qu’on a envie de le faire traîner. Je le vois, je l’ai attrapé entre mes doigts, cet été qui ne m’attend pas. Il y a des amis chez nous, des spectacles en ville à s’en soûler,... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 juillet 2013

le discours d'un roi

Hier, il criait, il pleurait « mais non, c’est moi Georges ». Il ne voulait plus entendre parler du bébé princier. L’autre bébé princier, celui des anglais. Georges ne veut plus entendre son frère lui dire qu’il est « le petit dernier ». « mais non, je suis pas petit et je suis pas le dernier ! ». Ce petit garçon qui nous a longtemps laissés persuadés qu’il avait renoncé à la crise des deux ans, celle qui a fait hurler à chacun de nos enfants qu’il n’était plus un bébé, ce petit garçon qui s’est... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 24 juillet 2013

une poignée d'enfants et du lin bien frais

  La fatigue m’aide à lâcher prise et comme si j’étais en vacances, je ne sais plus ni l’heure, ni le jour. Mercredi, un jour entier. Dans notre chambre, à l’endroit où se tenait son bureau, il y a maintenant un grand lit recouvert d’un draps et de coussins blancs, un lit qui n’est pas fait pour dormir, juste pour se poser, se reposer et sentir la fraîcheur que le lin a gardée. Il m’arrive de penser à l’automne prochain, à cette maison agrandie quand les travaux seront finis. De l’espace et des endroits pour se retrouver. Ce... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 23 juillet 2013

un soir au lac

Nous sommes partis au lac, entre deux orages. Il y a avait d’abord eu la pluie et les éclairs, le vent qui avait balayé la moiteur et la certitude que le soleil allait revenir, plus doux, plus conciliant. J’étais revenue à la maison sous des trombes d’eau, j’avais couru pour me protéger des grêlons et conduit les phares allumés, puis dormi, à peine rentrée, pour retrouver l’énergie qui m’avait manqué toute la journée. J’étais montée sans même prendre la peine d’aller dire aux enfants que j’étais arrivée. Dormir en écoutant le vent... [Lire la suite]
Posté par marionl à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 22 juillet 2013

l'été, et la vie selon eux

Je les attends, elles ne sont pas encore là mais je commence à respirer moins bien. Je reprends mon souffle trop souvent, je m’agace et me réfugie chez moi, à l’intérieur de moi. J’attends la nuit pour pouvoir ne plus penser et dormir, je ne me souviens de rien quand le réveil sonne le lendemain matin, quel jour ? Quelle heure ? Il me faut de l’air, de l’amour et de l’air, des vacances et des plages sans rien d’autre à regarder que le va et vient. La vie qui va et qui vient, et qui se rit de nous. Je veux me réveiller chez... [Lire la suite]
Posté par marionl à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]