P1016920

C’était une petite musique toute la journée, celle d’un dimanche de janvier qui aurait pu se prendre pour une journée de vacances, celle d’une maison qui se découvre plus grande qu’elle ne le pensait, celle d’un petit déjeuner qui a duré. Nous nous sommes tous réveillés tard et j’étais à peine rentrée de ma marche du jour que trois petits garçons s’habillaient pour m’aider à rentrer le bois sous l’escalier. Nous irons jusqu’au bout de l’hiver avec la réserve de cette année. Aimé et Marcel comptaient leurs allers-retours, Georges me demandait des morceau plus gros. J’ai toujours aimé rentrer les buches dans la maison. Comme eux, je me surprends quelquefois à compter mes voyages de la réserve à l’escalier, j’équilibre le Chêne et le bois plus léger, je ne pense plus à rien qu’à cet équilibre qu’il faut assurer. Aujourd’hui, j’ai assuré toute seule la dernière rangée, les lutins porteurs m’ayant depuis longtemps abandonnée. La pluie les avait convaincus de rentrer pour se rapprocher de Blanche qui venaient de retrouver ses matriochkas et cherchait quelles histoires russes elle pourrait inventer. Joséphine les aidaient à reconstituer les poupées. Je les ai entendus chercher des prénoms puis écrire des scénarii. Je laissais le bois pour éplucher des pommes, chercher de la cannelle  et rappeler à Aimé que ses devoirs n’étaient pas encore faits. Ecrire les neufs premiers mois de l’année, apprendre la leçon de mathématiques et lire la suite de l’histoire.  La séance de cinéma promise pour cet après-midi donnait à cette journée une incroyable fluidité. Devoirs, rangements, chaussons, à peine demandé  tout était fait  et Marcel m’annonçait que ma salade composée était la meilleure du monde avant même d’avoir goûté à la première bouchée. Il paraît, on me l’a dit l’année dernière, que le lundi qui nous attend est le pire jour de l’année, le dernier lundi de janvier.  Aujourd’hui, j’avais du mal à croire à cette promesse de jour gris. Quand Joséphine est partie, Georges lui a demandé un baiser, puis un autre baiser et encore un baiser. Pour la première fois depuis le début de l’hiver, il ne faisait pas encore tout à fait nuit.

P1016926

P1016933

P1016938

P1016939

P1016943