P1250761P1250763P1250964P1270040

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je mesure notre chance et commence à compter les jours. Les souvenirs de Grèce sont encore tout frais et ce sont les parcs et jardins londoniens qui viennent  caresser mes envies et faire frétiller mes projets. Quatre jours tous les deux entre un jubilé et des jeux olympiques, des chèques vacances bien tombés, un voyage à Berlin imposssible pour cause de baccalauréat et finalement, cette capitale que je connais un peu et que j’avais envie de lui faire découvrir. redécouvrir plutôt. Depuis des semaines, je cherche et je farfouille, établi des plans et coches des adresses. Je suis intimidée à l’idée de l’emmener en voyage, comme si nous venions de nous rencontrer et que je lui promettais de lui faire découvrir un monde nouveau pour lui. Comme si la raison de tout cela n'était que lui plaire. Nous ne serons pas seuls là-bas, il y aura des milliers d'autres mais nous ne les connaitrons pas. J’espère qu’il fera beau. Nos promenades nous emmènerons du côté de Richmond et de Columbia Road, ce devrait être un voyage de fin de printemps fleuri et parfumé. Peut-être ramènerons un peu de géranium citronnelle, je chercherais le panier pique-nique que je me suis promis la dernière fois qu’avec Blanche, nous avons arpenté les rues londoniennes. J’ai déjà promis quelques souvenirs aux enfants, eux qui comptent les jours autant que nous, attendant avec une bruyante impatience que leur grand-mère vienne les garder. Je cherche encore la perle des restaurants indiens et je ne sais pas s’il faut glisser Hampstead dans notre programme déjà un peu chargé. Je voudrais que nous ayions du temps aussi, que nous laissions à nos journées l’occasion de nous faire  changer d’avis au dernier moment.  Le voyage est réservé depuis très longtemps et je noirci mon cahier de petites choses à ne pas manquer. Les boiseries de Liberty, la moquette de Fortnum and Mason et le tea time avec petits gâteaux et argenterie qui brille. London calling est devenu mon blog de chevet,  Nous irons au Victoria and Albert museum dont je lui ai tant parlé mais je crois que les rues et les jardins auront notre faveur si le soleil veut bien nous escorter. Je ne lui promets rien de précis. Je le guiderai une fois arrivés, nous nous perdrons aussi, je l'espère, j'en ai envie. Il me tarde de prendre le train, sûre que plus rien ne peux empêcher ce voyage mille fois rêvé. Quatre jours voyage compris, tout près de Big Ben que j’ai promis à Blanche d’écouter chanter. En préparant ce voyage, j’ai appris ce qu’était un gastro pub mais je n’en ai pas encore choisi et quand il faut penser aux soirs, je me retrouve démunie. J’ai perdu l’habitude d’une vie sans enfants ou l’heure du coucher n’a aucune importance, où on peut aussi vivre la nuit. Je ne pensais pas être aussi impatiente d’y goûter de nouveau, pour quelques jours cochés en gros sur mon calendrier, avec un petit drapeau anglais et l'envie qu'il aime autant que moi ces endroits où je brûle de l'emmener.