P1016830Du bleu, des rose et puis du vert. Ce soir j’ai envie de vert. Celui que nous avons retrouvé quand nous sommes arrivés il y a une semaine, celui de notre campagne trempée, celui des arbres, encore tendre, et celui de la menthe qui est sortie de terre. Celui des feuilles du muguet qu’Aimé nous a offert hier soir, celui qui sent les soirées qui peuvent se prolonger au potager, celui de la feuille de coriandre qui me donne des frissons au fond du ventre et ceui de la nappe que je veux teindre pour nos dîners d’été. Et si nous nous mettions à peindre les chaises de jardin ? Elles seront vertes aussi, vert Provence ou vert Luxembourg, ça dépendra de la manière de les regarder, et du pot qu’on aura utilisé. Il nous reste quelques légumes à planter et puis il faudra penser à regarder si les graines de Blanche ont avancé. Aujourd’hui, j’ai attendu ce moment où le vert me saisirait, celui des chemins que je prends pour rentrer à la maison, toute fenêtres ouvertes pour m’emplir les poumons. Le vert me rapproche de la terre. Et si on en profitait pour planter les pommes de terre ? Ce midi, quand je suis partie marcher j’ai eu envie de faire un bouquet et je n’ai pas osé, pas sûre que les fleurs puissent être cueillis dans ce parc en ville. Depuis, j’ai appris que oui, alors ce sera mon plaisir du lundi. En attendant je vais aller me promener dans le champ avec les enfants pour retrouver Pivoine et ses sabot parés, peut-être le ruisseau et le petit étang avec les grenouilles qui chantent fort en ce moment. Je veux des heures saturées de vie au vert et de parfum d’herbes coupées, celui qui gratte le bout du nez et tache les doigts les pantalons clairs, celui qui appelle les papillons et invite les fleurs de glycine à s’ouvrir. Pourvu que nous puissions vivre dehors, un peu. Ce matin, je me suis laissée surprendre par la rosée et mes pieds étaient tout mouillés. Demain matin, j’’ouvrirai grand la porte pour aller boire mon café sur le muret. Demain matin, je n’aurais rien à faire de mes pieds trempés. Demain matin, j’irai voir si la cabane des oiseaux a trouvé locataires. Demain matin, je mettrai du miel sur mon pain frais puis j'irai me promener.

P1016821P1016825P1016831P1016837P1016832P1016839