P1010391La neige, les pistes, le ski, pour l’instant, ils n’en ont qu’une vague idée mais ils voient déjà des étoiles briller. Bientôt, Aimé et Marcel monteront dans le bus qui les emmènera en classe de neige. Juste avant, il aura fallu préparer les sacs en suivant la liste que l’école nous aura fournie, le « trousseau » comme il était écrit sur le cahier de liaison avec des bottes de neige et des combinaisons. Hier midi, quand je suis rentrée avec une doudoune grise et une doudoune marron trouvées dans les rayons déjà presque vide d’une grande surface qui annonçait une deuxième démarque sur son hiver, je les ai vus sauter de joie avant de se précipiter sur les blousons à essayer. « On pourra encore les mettre quand on ira au collège ? » m’a demandé Marcel. Pour une fois que  je m’étais efforcée de ne pas jouer les mère de famille nombreuse et que je m’étais interdis de « prendre une taille plus grand pour qu’ils puissent les porter longtemps », ils m’annonçaient qu’ils voudraient garder ces doudounes pour toute leur vie. Tandis qu’ils effectueront leur baptême de sports d’hiver, leur papa se frottera à la mission d’accompagnateur, pour trois jours entiers. Lui aussi montera dans le bus qui partira pour la neige avec une vingtaine de petits.  Il n’a pas beaucoup hésité quand le maître lui a demandé s’il pouvait venir avec lui pour accompagner les enfants et ramener les photos qui nous raconteront le voyage. Je crois qu’il avait envie d’accompagner ses fils dans cette aventure, lui dont on m’a plusieurs fois vanté les prouesses de skieurs sans jamais que je les ai vérifiées. Nos onze ans de vie commune ne nous ont jamais emmenée jusqu’aux pistes de ski. Je suis une piètre skieuse et j’ai toujours eu peur de l’ennuyer, Joséphine partait avec d’autres que nous et nous nous disions que les autres enfants auraient bien le temps. Les vacances au ski nous ont toujours semblé loin d’être essentielles. Et pourtant, je dois avouer que ces trois jours opèrent leur magie depuis qu’ils ont été annoncés aux enfants à la rentrée. Deux semaines d'attente encore avant de voir le bus arriver. J’ai une fois ou deux rêvé de me transformer en petite souris mais à l’espionnage je préfère les récits. Ils me raconteront. Et puis pendant qu’ils seront partis, nous essaierons de nous amuser ici.