a1Je m’étonne que décembre soit déjà bientôt là. Hier soir, les enfants m’ont parlé de cadeaux et j’avais presque envie de retarder le moment dont ils rêvaient déjà. Ici,les catalogues de magasins sont interdits, comme les publicités à la télé.  Mais ils sont assez grands maintenant pour picorer là où ils vont ce qui n’est pas possible ici. Hier soir, il était question d’argent et de jouets et je me voyais leur annoncer que puisque les choses étaient ainsi, cette année Noël serait annulé. Je crois que cette plaisanterie familiale ne les aurait pas fait rire du tout et je le suis abstenue. Je me suis contenté de leur répéter que le père Noël n’optempérait pas et qu’on pouvait lui donner des idées de jouets, pas de listes précises avec piles intégrées, photos à l’appui. Noël sera bientôt là et je voudrais que son esprit s’installe ici avant qu’il soit question de listes à cocher. Bientôt, nous installerons la grosse guirlande et nous irons chercher les senteurs réservées à ce moment là. La pile de christmas carol ressortira de sa cachette, je sais que la recette des sablés n’est qu’égarée. Je crois que le rituel sera respecté. Nous écouterons pour la première fois ces chansons de Noël en mélangeant les ingrédients du Christmas pudding, ce qui marquera le lancement es festivités. Bientôt, il y aura des parfums d’épices et de miel, Nous discuterons de cette naissance un peu étrange entre le bœuf et l’âne gris, et les enfants me demanderont encore si j’y crois. Ils me donneront leur avis. Je leur parlerai de cette petite étoile qu’on peut tous voir briller, ils me regarderont peut-être encore cette fois-ci en se demandant si leur mère a bien tout compris. Moi, je préfèrera croire qu’un jour ils la verront briller avec moi. Le Père Noël s’invitera aussi dans nos conversations, Il y aura des bruits de grelots et des envies de se pelotonner pour écouter des histoires inventées. On parlera aussi de jouets, de ceux dont on rêve, même s’ils n’existent pas, même si on n’est pas sûr de les voir exister. Le père Noël fera ce qu’il peut avec ce qu’il a, les lutins sont de bonne volonté mais ils ont beaucoup d’enfants à contenter. J’espère qu’elle s’invitera encore, cette idée un peu floue, un peu folle, que ce mois de Noël est plus doux, qu’il ne l’est pas seulement ici mais un peu partout. Je voudrais cette année encore voir nos enfants marcher le torse bombé et le regard fier, parce que bientôt, va commencer le mois où les adultes rêvent de rapetisser et de croire à tout ce que les enfants croient, le mois où les adultes sont un peu jaloux, vexés d’avoir des chaussons tout d’un coup beaucoup trop grands. Cette année, Ce sera le premier Noël de Georges et Joséphine ne sera pas avec nous, mais nous partagerons l’avent, et c’est peut-être le plus important. Hier soir, j’avais envie de retarder le moment et aujourd’hui, je voudrais y être déjà, au premier jour de cet avent. Mais y être sans m’être précipitée puisqu cette année, j’ai un peu le temps. Le sapin, les bougies, le parfums et les lumignons accrochés, c’est notre premier avent tous les sept et je crois que je l’attends depuis très longtemps. Je veux le savourer, jour après jour, gorgée après gorgée,  et le partager avec eux et goûter avec eux à ce que j’espère être mon plus joli cadeau pour eux, apprendre  à jouir de chaque gorgée de ce breuvage merveilleux, ce mélange chaud et sucré, toujours épicée, jamais sans sa pointe d’amertume, , un mélange  dont les volutes sont encore plus parfumées que la mixture ne l’est, un breuvage qu’on ne peut recréer que de manière empirique, en espérant qu’il sera aussi bon que les autres années.