a1a2a3a4a5a6                           Il y a cette souffrance exprimée depuis que son petit frère est né. « écoute moi » lancés en cri dès que les regards le quittent pour se tourner vers d’autres que lui. Il y a des « je ne veux pas » et es larmes qui transforment souvent les petits incidents en drame. Mais il y a aussi ce rire en cascade, ses yeux qui rient et font oublier le drame d’avant, il  y  a ces petites épaules solides qui cherchent la mêlée, ce petit garçon qui voudrait toujours être le chef de la parade quand il monte l’escalier et qui part le matin avec autour du cou son gros sac rempli de doudous. Ce petit garçon vient d’être grand frère et nous rapelle chaque jour que le statut qu’on vient de lui imposer n’est pas si facile à porter. Mais une fois ces choses là exprimées, les rires reviennent en cascades, et en cascades, ce petit garçon s’y connaît. ET puis il y a les « non » affirmés parce qu’avant d’être grand frère, ce petit garçon a trois ans aujourd’hui, et il ne faudrait pas l’oublier. Trois ans que nous regardons ce petit garçon avancer sur la route qu’il s’est tracée, souvent comme il l’a décidé. Il est de ces enfants à qui il faut faire confiance, il est de ces petits humains dont la légende et la réalité se confondent et se nourrissent. Petit Marcel qui ouvre la porte pour le chat et sort jouer dans le jardin parce qu’il en a envie, même s’il n’y a personne pour jouer avec lui. Petit Marcel qui a longtemps semblé n’avoir jamais été petit et qui depuis quelques semaines, aime venir se blottir contre nous, être porté dans les bras et oublier un peu que lorsqu’il était un bébé, il n’aimait qu’être tourné vers le monde extérieur. Explorateur. Petit garçon champion de l’équilibre qui fait mentir tout ceux qui pourraient nous affirmer qu’on choisit toujours entre les gestes et les mots, comme si la tête et les jambes étaient dissociés. Petit garçon dont le vocabulaire compte déjà tellement de mots compliqués. Petit Marcel qui partage de plus en plus de jeux avec ses grandes sœurs et son grand-frère, des heures à construire un univers dont nous sommes exclus, des heures la porte de la salle de jeux fermée,avec barbapapa comme modèle « et dans la famille, t’es qui toi ? ». Petit grand moyen garçon qui a vite compris les privilèges dont il jouissait en n’allant à l’école que l’année prochaine et qui laisse se dessiner un sourire satisfait quand il entend son grand frère dire qu’il aimerait bien retourner chez la nounou quelquefoislui aussi. Aujourd’hui, Marcel a trois ans, il serre dans une main la pièce de monnaie que sa grande sœur lui a donné pour son anniversaire et dans l’autre l’avion tant convoité que son grand frère lui a prêté « pour deux mois », ce qui veut dire « très longtemps » peut-être même jusqu’à demain. Monsieur Marcel vient d’avoir trois ans, il voulait un gâteau au marrons et des grand animaux, il pleure quelques fois et nous demande de l ‘écouter, de n’écouter que ce qu’il dit, puis qui se vexe et part bouder, puis qui se met à rire, un rire à gorge déployée qui nous montres de très jolies petites dents bien alignées. Un rire auquel il nous est difficile de résister. Monsieur Marcel a eu trois ans aujourd’hui et son rire a retenti plus que jamais.