a2a1a3a4a5a6                J’ai si souvent la sensation de naviguer à vue, pas sûre que ce soit le moment où l’endroit. Cette fois, il s’agissait des petites voitures que nous leur avions offertes hier. Deux belles petites voitures à friction choisies à Marseille. Hier, ils avaient joué toutes la soirée, très fiers de leur nouveau jouet. Et puis aujourd’hui, Aimé avait décidé qu’il n’avait jamais eu de décapotable et qu’il était temps d’essayer. Marcel était d’accord avec lui et quel moyen plus radical que d’arracher le toit de la chevrolet qu’ils tenaient encore her soir comme leur plus beau jouet. Assis dans la salle de jeux, face à deux petits garçons qui faisaient mine de ne pas nous écouter, nous nous sommes fâchés, promettant de ne plus rien leur offrir s’ils n’étaient pas capable de faire attention à leurs jouets. Le plus petit semblait ne plus rien comprendre à ce que nous lui racontions et le plus grand doutait ouvertement de notre capacité à tenir. Très agacée, je leur ai demandé de m’affirmer qu’ils avaient compris ce nous venions de leur expliquer « oui, mais alors maintenant, vous pouvez nous laisser ? ». Il ne savais pas que nous allions justement emballer ses cadeaux de quatre ans,. Je me suis jurée de ne pas gâcher la fête en lui répétant en boucle ce que je venais déjà d’exiger. Le crumble est un des gâteaux préférés d’Aimé et sa cuisson venait de se terminer, la nappe avait trouvé la table du jardin et les enfants avaient déjà goûté un calisson chacun. Je leur au demandé de venir m’aider  à sortir le goûter, « mais c’est mon anniversaire aujourd’hui et normalement, juste ce jour là, ce sont les autres qui font, pas moi ». En plus, il avait raison. Ici, le jour de son anniversaire, le roi du repas est le roi du repas et ça ne se discute pas. Quand je les ai appelés , il faisait un peu froid et nous avons dcidé qu’il ouvrirait les cadeau et que  les bougies attendraient pour être soufflées dans la maison un peu plus au chaud. Le visage du petit garçon s’est éclairé quand il a aperçu le costume d’astronaute que sa maminou avait envoyé pour lui. « ça y est, je peux aller sur la lune dans ma grande fusée ! ». Le second paquet était tout blanc, et dedans, sur la boîte, on pouvait voir un squelette en train de rire. Aimé était intrigué. Il a fallu ouvrir pour découvrir le bateau de pirate et entendre son rire « Mais j’adore ça moi ! ». Il a monté les voles et les filets avec son papa en remarquant qu’il avaient « encore du pain sur la planche » et il a accepté de poser son casque un moment. Un casque très fragile auquel il faudra faire attention. Pendant ce temps là, Marcel a grogné, pas cntent du tout de ne pas avoir été désigné comme roi du jour et destinataire de toutes ces merveilles. Ii a levé les bras au ciel en apprenant que son anniversaire  lui sonnerait bientôt maintenant, l’air réjoui jusqu’à ce qu’une autre petite voix lui précise que le prochain, c’était elle.  Ce soir, Aimé s’est endormi à côté de ses trésors et nous nous sommes promis que si un jour ils étaient cassés, ils ne seraient pas remplacés. Mais je ne lui ai rien dit. Ce soir, il y croient dur comme fer. Ceux là, il ne les abimera jamais, « jamais de toute la vie. »

a7a8a9a10