blanche07Son corps s’allonge et son petit minois s’affine. Elle rêve de cheveux « longs jusqu’aux fesses » et customise son cartable à fleurs en y collant un gros cœur rouge avec une croix pour qu’on le voit.
Mademoiselle Blanche n’est plus une toute petite fille. Des rondeurs de la toute petite enfance, il ne reste que deux jolies joues rebondies, et le biberon qu’elle prend encore de temps en temps le matin.
Elle apprend l’alphabet en égrainant toute la journée les lettres qu’elle dessine sur sa feuille de papier. « Mais ça s’écrit comment  ménopée ? …mais si, juste après la lettre L ! ».
Elle voudrait être grande et répète à l’envie que l’année prochaine, c’est elle ici qui sera l’aînée. Elle promet que pour elle, les caprices sont finis, elle promet qu’elle n’en « fera plus jamais de sa vie ». Elle arrive à tenir de plus en plus longtemps.
Madame L la voit plus grande aussi et quelquefois, elle oublie même que cette petite fille n’a que cinq ans et quelques poussières, de petites épaules et une tête trop pleine d’explications et de conseils, et puis les jours plus gris, pleine de menaces de punitions aussi.
Comment faire quand une maman voudrait que sa fille soit grande et petite à la fois et que la petite fille elle-même n’est plus certaine d’avoir envie d’être si grande que ça.
Comment faire quand il y a aussi deux petits frères et une grande sœur qui s’y connaît en prise de parole pour raconter une histoire d’école.
Alors la petite fille se faufile, répète plusieurs fois la même phrase parce qu’elle croit que sa maman ne l’a pas entendue, attend un peu pour montrer les pas de danse qu’elle a appris, parce que « ce n’est pas le moment pour l’instant ». Mais le moment ne vient jamais.
Heureusement qu’il y a l’heure du coucher ; une petite histoire, la boîte à musique à remonter et un dernier baiser. Mais quelquefois, la maman de la petite fille est trop fatiguée et même ce petit moment privilégié, elle n’arrive pas à complètement le préserver de toutes les tensions de la journée. Elles ont besoin de se retrouver, de discuter rien que toutes les deux pendant un petit moment. Foi de maman, Il va falloir trouver cet instant. Prendre sa petite main, et l’emmener se promener, discuter « entre filles », l ‘écouter et répondre à toutes les questions qu’elles veut poser. Qu’elle soit petite ou grande, ça ne sera pas très important.