DSCN6025DSCN6008Arrivés trop tard pour assister à la criée. Les plus gros thons de la matinée étaient déjà vendus Mais monsieur et madame L découvraient le plus gros marché de poisson du monde, c’est en tout cas comme ça qu ‘on leur en avait parlé. L’odeur de la mer leur rappelait subitement qu’ici, on était entouré par l’eau. Des camions et des porteurs roulaient dans tous les sens, des hommes en combinaisons noires commençaient à ranger mais des affaires se jouaient encore. Des messieurs en costume noir, semblant ignorer que leurs pieds baignaient dans l’eau  et le sang , négociaient leur malette à la main. Des fruits de mers inconnus, des coquillages encore vivant et des poissons orange étaient encore prêts à être vendus.

Peu de femmes, quelques unes dans les petites cahutes pour tenir la caisse et compter. Des groupe de jeunes hommes se réchauffaient un bol de soupe à la main. Ils étaient sûrement là depuis des heures. Certains coupaient encore de gros morceaux de thon, frais ou congelés.

Dehors, une femme exigeait que ces clients restent dans la queue pour être servis. On avait envie de revenir dans ce monde à part pour regarder encore, observer, sûrs qu’on découvrirait encore, à chaque fois qu’on y reviendrait. Plaisir de touristes venus photographier un monde qui finissait sa nuit, poissonniers épuisés, as du couteau encore prêts à couper. Eux, ils reviendraient demain, qu’ils l’aient choisi ou non.

Monsieur et madame L   les laissaient derrière eux pour une nouvelle exploration, un autre univers inconnu, celui des jeux et des mangas.

Des salles de jeux bondées en plein milieu de l’après-midi. On ne joue pas pour l’argent puisque c’est interdit. Les lots sont présentés à l’entrée. De la nourriture et des produits d’entretien. Ici, on joue pour jouer. Quelques étages plus haut, des figurines « pour adultes uniquement » et des dizaines de super-héros rangés par séries ou catégories.

Le quartier des bouquinistes est à deux stations plus loin. De beaux cahiers remplis de signes à l’encre noire, des tampons rouges et un dessin de poisson rouge comme elle en cherchait. Il ne vaut peut être rien mais après, elle se souviendra toujours de cette fin de journée, de ce vieux monsieur élégant en kimono gris, plongé dans les livres de photographie, ignorant la foule qui l’enDSCN6035tourait. DSCN6032DSCN6037

DSCN6030