SANY0009



















Quand mademoiselle Joséphine est née, il ya un peu plus de treize ans, Madame L s'est sentie dépossédée. Elle était arrivée avec un grand sourire à la maternité, confiante et calme, tout a bien commencé. Et puis quelques heures après, le bébé s'était déjà engagé et un monsieur en blouse blanche est entré. Il avait l'air d'être le chef mais ne s'est pas présenté. Il a juste dit " descendez là en salle de césarienne". quelques heures après, sa petite fille était né, le plus joli des bébés. Puis Madame L a appris que cette césarienne, on aurait pu l'éviter.  Elle n'a pas bronché. Elle était jeune et "le plus imporant c'était d'être avec son bébé".
Mais elle s'était juré de ne jamais se laisser embarquer, de ne jamais se laisser prendre dans une spirale  ou une injection plus forte succède à "un petit produit de rien, juste opur aider" et puis "la péridurale même si vous la voulez pas, vous savez, maintenant, ça va être indispensable.." Et là, se sentir à côté, tellement triste sans en avoir le droit puisque c'est le jour le plus beau.
Madame L s'était dit que plus jamais, elle recommencerait à accepter les "c'est comme ça" sans autre forme d'explication, ou juste "c'est pour votre bien" ou "pour le bien de votre bébé".
C'et pour ça qu'elle a du mal à accepter, qu'elle s'est accordé deux jours encore, deux matins, pour que son bébé décide d'arriver quand il l'aura voulu. elle sait bien que mercredi matin, elle devra y aller.
Elle leur dira quand même une dernière fois, que ce bébé surprise, on ne sait même pas quand il a été conçu alors qu'elle ne voit pas très bien comment on peut, avec tant de précision, établir un terme à ne pas dépasser, elle leur rappelera que l'échographie de datation a été faite trop tard pour être juste à 100% et qu'à tous ces examens on a constaté que ce bébé était "plus petit que ses autres bébés". Elle leur demandera une dernière fois, si ce n'est pas tout simplement parce qu'il a été fait un peu après ce qu'on pensait." Peut être que cette fois, ils entendront tout ça...
Mais madame L a fini de rêver. Elle sait qu'il lui parleront de protcole et de sécurité. Alors elle se taira, en se disant qu'elle a fait tout ce qu'elle pouvait. Elle essaiera de se concentrer sur l'arrivée de son bébé. Elle aura tant de chose à lui raconter.
Dans deux jours au plus tard, elle pourra accueillir son bébé, le saluer, lui raconter, l'écouter. C'et ça le plus important, mais elle continuera aussi à dire qu'elle aurait aimé que tout cela se passe autrement.